Résistance à l’oxydation/corrosion : le premier mythe.

Comme nous le savons, la résistance d’un cadenas aux tentatives d’effraction est tout aussi importante que la durée potentielle du produit dans le temps, mais quels facteurs préparent un cadenas à affronter au mieux les deux circonstances ? 

> Nickelage / chromage = durée de vie plus longue. Est-ce toujours vrai ?

Cela dépend. 

En général, les traitements chimiques contribuent à rendre l’anse du cadenas (et aussi le corps, dans les modèles « marins ») plus résistante à l’oxydation. 

En particulier, le cuivrage (qui est le traitement le plus « caché » puisqu’il est le premier à être effectué) est fondamental, car il améliore la fixation des traitements ultérieurs de nickelage et de chromage qui protègent le cadenas de la corrosion. Précisément parce qu’elles sont invisibles à l’œil nu, de nombreuses productions économiques évitent d’effectuer directement le cuivrage, le nickelage et/ou le chromage. 

Cela permet d’économiser des coûts de production, mais n’offre pas un bon service aux utilisateurs, car cela augmente considérablement la possibilité que le nickelage et/ou le chromage de surface aient tendance, même en peu de temps, à s’écailler ou à gonfler en petites bulles. 

Dans ces cas, la protection contre la corrosion est rapidement perdue et la cause peut être trouvée dans le nettoyage imparfait des surfaces métalliques avant les traitements chimiques et/ou l’absence de traitement de cuivrage. 

Dans la vidéo, les étapes du cuivrage, du nickelage et du chromage des blindages des cadenas (jusqu’à 4 au minimum) : 

C’est précisément pour éviter ces risques que Viro non seulement dégraisse et nettoie parfaitement les composants qui seront soumis à des traitements chimiques, mais les commence toujours par un double passage de cuivrage. À la lumière de ces arguments, entendre qu’un cadenas, ou une partie de celui-ci, est nickelé et/ou chromé n’est pas en soi synonyme de durabilité.

Les traitements chimiques anticorrosion ne deviennent toutefois réellement utiles que si le mécanisme interne a également été conçu et construit avec des composants de qualité, de sorte qu’en plus d’être un cadenas esthétiquement « propre », il soit également doté d’un fonctionnement capable de résister à la fois aux agents atmosphériques normaux auxquels il serait soumis s’il était placé dans un environnement extérieur et à la fois à des conditions climatiques extrêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 9 = cinquante quatre