Les vols au temps des réseaux sociaux

Au cours des dernières années, l’utilisation des réseaux sociaux (essentiellement Facebook, Instagram et Twitter) a augmenté de façon exponentielle, au point que les réseaux sociaux font désormais partie de notre vie quotidienne. L’an dernier seulement, le nombre d’utilisateurs actifs sur les canaux sociaux a augmenté de 219 millions d’unités (+ 10 %).
L’utilisation de la technologie, si elle ne se fait pas de manière appropriée, peut toutefois comporter des conséquences négatives. Voyons dans ce billet comment une utilisation inadéquate des réseaux sociaux peut être dangereuse pour notre sécurité.


Qui n’a jamais partagé avec son réseau d’amis des photos de vacances à l’étranger ? Après tout, les réseaux sociaux se prêtent parfaitement à ce genre de fonction. Mais attention à notre vie privée ! Entendue comme l’ensemble des informations ayant trait à la sphère privée des individus mais aussi, et surtout, comme confidentialité et risque potentiel des informations que nous transmettons.

Aujourd’hui, trouver des informations détaillées sur des personnes spécifiques, surtout grâce à l’Internet, est un jeu d’enfants, ce qui n’est pas toujours avantageux en termes de confidentialité. Le risque (auquel nous nous exposons souvent en « donnant nos données en pâture » au Web) est de révéler des informations personnelles sans être conscients des conséquences que ce geste, apparemment inoffensif, peut comporter. Malheureusement, les voleurs professionnels utilisent eux aussi ces précieux canaux technologiques pour obtenir des informations sur leurs « cibles ». Les outils en ligne disponibles sont nombreux et, hormis les réseaux sociaux, d’autres services (très utiles lorsqu’ils sont utilisés à des fins personnelles ou commerciales) peuvent aussi être exploités par les individus malintentionnés, comme Google Streetview par exemple. Grâce à ce service, en effet, un voleur peut étudier la conformation des maisons, de la rue, du quartier, pour préparer ses « coups ».

D’autres informations utiles à des fins malveillantes peuvent être obtenues à partir de nos profils sociaux lorsque :

  • nous partageons des photos de nos biens et de notre maison. En rendant publiques des photos qui montrent une partie de nos habitations ou même seulement des biens que nous possédons, nous aidons involontairement les individus malintentionnés. Ce faisant, en effet, on risque de leur fournir la disposition des pièces, les types d’obstacles auxquels ils pourraient faire face (par ex. si on peut distinguer dans les photos le type de portes/grilles utilisées, la présence éventuelle de capteurs d’alarme, etc.) et des photos d’objets qui pourraient les intéresser. Dans un tel cas, les voleurs qui voudraient exécuter leur coup sauraient déjà quels sont les objets de valeur à voler et où les trouver;
  • nous nous enregistrons à travers l’outil de check-in (sur Facebook, Foursquare ou Instagram) en un lieu donné. Par exemple : « Mario Rossi s’est enregistré à tel endroit, Italie », confidentialité de la publication: publique (image). Grâce au GPS du téléphone, il est possible de localiser l’emplacement exact du lieu où l’on se trouve, avec une marge d’erreur inférieure à 100 mètres. Un voleur potentiel, par un simple contrôle du profil social public, peut se faire une idée du lieu où nous nous trouvons et donc de nos horaires ou habitudes. Dans notre exemple, si Mario Rossi s’enregistre « à la salle de gym » tous les lundis soirs, pour que ses amis sachent qu’il est sportif, il est possible que tous les lundis soirs il ne soit effectivement pas chez lui et, donc, qu’aux yeux d’un voleur, ce soit le « bon » jour pour « visiter » son habitation ;
  • nous publions des états dans lesquels nous déclarons être loin de la maison. Probablement absents pour les vacances ou le travail, pendant une longue période. Si nous indiquons ensuite les dates exactes de notre absence, nous mettons encore plus en péril notre sécurité.

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter d’avoir de mauvaises surprises à notre retour ?

Avec cet article, nous ne vous invitons pas à cesser d’utiliser les réseaux sociaux, mais à les utiliser consciemment. Le conseil le plus utile que nous pouvons vous donner est de toujours faire très attention aux paramètres de confidentialité, en évitant de rendre publiques des informations qui pourraient en quelque sorte aider les voleurs dans leur « travail ».

Comme on ne cesse de le dire, posséder les meilleures protections (électroniques ou mécaniques) pour défendre ses biens est essentiel.
En même temps, toutefois, il est bon d’éviter de courir des risques accrus, parfois par un simple geste superficiel comme la publication d’un billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 + = quatorze