Comment choisir un cadenas ? Reconnaître la qualité (Partie 3)

Après avoir parlé de matériaux et de traitements, dans ce dernier billet (pas pour autant moins important) de la série « comment reconnaître un verrou de qualité », il est temps d’approfondir le thème du mécanisme d’un cadenas. Pour rendre l’explication plus claire, nous utiliserons quelques vidéos.

Le mécanisme

Un cadenas bien fabriqué ne présente pas de jeux importants entre les pièces mobiles : entre l’anse et le corps, entre le corps et le barillet et surtout entre les goupilles et la clé. Un usinage approximatif rend le cadenas vulnérable : une anse qui n’est pas bien fixée s’arrache en effet plus facilement.
Pour s’assurer que l’anse est plus résistante à l’arrachement, il faut constater la présence de deux rainures symétriques sur le côté intérieur de l’anse elle-même. Ces rainures servent à loger les pênes en position de fermeture pour que l’anse, quand elle est fermée, soit bloquée en deux points.

S’il manque l’un des deux pênes, l’anse est beaucoup moins résistante et peut souvent être ouverte avec un simple outil à lame. Malheureusement, certains fabricants de produits bon marché, bien qu’utilisant des anses à 2 rainures, n’insèrent dans le corps qu’un seul pêne, donnant ainsi l’illusion d’un double blocage qui, de fait, n’existe pas.
Voici la vidéo d’un serrurier américain (que nous avons sous-titrée pour plus de clarté) qui montre justement que de nombreux cadenas bon marché disponibles dans le commerce peuvent être immédiatement ouverts car exempts du double pêne de blocage.

Le cadenas doit toujours être choisi en fonction de ses points de fixation, afin que ceux-ci s’accouplent le plus exactement possible avec l’anse ou l’axe de verrouillage du cadenas. Utiliser des points de fixation réalisés dans des matériaux beaucoup moins résistants que ceux qui ont servi à la réalisation du cadenas n’a pas de sens. Sinon, les individus malintentionnés pourraient à loisir scier ou arracher les points de fixation sans même s’occuper du cadenas.
Voilà pourquoi, selon les différentes applications, il est bon, chaque fois que cela est possible, de choisir des points de fixation réalisés avec les mêmes matériaux et ayant subi les mêmes traitements thermiques que les cadenas.
Tels que ceux-ci ou ceux-ci.

La forme du corps a elle aussi une certaine importance. En effet, un corps carré offre plus de prises aux outils d’effraction car il peut être facilement bloqué ou immobilisé pour faciliter l’utilisation d’outils de sciage ou de perçage. Pour cette raison, les meilleurs cadenas ont des formes autant que possible arrondies et des angles biseautés.

Cadenas blindé Viro Panzer.

Cadenas blindé Viro Panzer.

Par ailleurs, dans les cadenas où la tête de l’axe de verrouillage sort du corps, il est important que celle-ci ait un point de rupture programmée afin qu’elle se casse sous l’effort en un point défini par le fabricant si on tente de scier ou d’arracher l’axe de verrouillage en l’immobilisant par la tête, empêchant ainsi tout forçage.
La vidéo ci-après, réalisée dans le laboratoire d’essais Viro, illustre cette caractéristique de sécurité essentielle :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − 8 =