armoire de sécurité

Comment reconnaître une bonne armoire de sécurité ?

Du point de vue de la construction, les armoires de sécurité porte-documents et porte-fusils sont similaires à des coffres-forts à poser, mais avec quelques différences importantes dictées par leurs dimensions et par leur fonction spécifique. Comment choisir l’armoire de sécurité qui répond le mieux aux exigences de chacun ? Penchons-nous sur quelques aspects importants.

La caisse

La caisse doit être fabriquée en acier et avoir une épaisseur suffisante pour résister aux possibles attaques. Pour les usages courants, une épaisseur de 1,5 mm est indiquée. Pour avoir une sécurité accrue, on peut arriver à 3 mm d’épaisseur, comme dans le cas de l’armoire blindée porte-fusils Viro.

L'armoire blindée Viro comprend une caisse, un panneau frontal et une porte d'épaisseur accrue.

L’armoire blindée Viro comprend une caisse, un panneau frontal et une porte d’épaisseur accrue.

Des trous doivent être présents sur la caisse pour pouvoir fixer l’armoire au mur et/ou au sol. En effet, même si leur poids suffit généralement à empêcher qu’on ne les emporte, il est néanmoins conseillé de fixer les armoires de sécurité au mur au moyen de chevilles, exactement comme on le fait avec les coffres-forts à poser. Il est important que les chevilles soient de grande taille, soient munies de languettes anti-arrachement et qu’elles offrent une résistance maximum en fonction du type de mur. La cheville chimique est recommandée.

La photo montre un trou de fixation d'une armoire de sécurité.

La photo montre un trou de fixation d’une armoire de sécurité.

La porte

Cet élément est particulièrement critique pour la sécurité car il loge le mécanisme de verrouillage. Il est donc important qu’il ait certaines caractéristiques de sécurité :

  • Matériau et épaisseur. La porte doit elle aussi être réalisée dans un matériau résistant comme l’acier et il est bon qu’elle ait une plus grande épaisseur par rapport à la caisse. Les armoires Viro ont des portes avec plaque frontale de 2 mm d’épaisseur, épaisseur qui peut atteindre 6 mm dans le cas de l’armoire blindée.
  • Côté charnières avec protection anti-arrachement, de façon à contrer les tentatives d’arrachage de la porte avec un levier.
  • Charnières. Pour résister au dégondage et au défoncement, il est essentiel que les charnières soient elles aussi réalisées avec un acier de très bonne qualité, qu’elles aient des dimensions importantes et qu’elles soient fixées à la caisse et à la porte par de solides soudures. Les broches des charnières contribuent également à la résistance globale et doivent être réalisées en acier de grand diamètre (7 mm par exemple).
  • Butées anti-défoncement. Comme les portes des coffres-forts, les portes des armoires de sécurité doivent être en appui, le long de tous les côtés, sur des butées anti-défoncement spéciales réalisées dans le cadre. À la différence des coffres-forts, le cadre est généralement réalisé avec la plaque d’acier utilisée pour réaliser la caisse, opportunément pliée. Toutefois, quand une sécurité accrue est nécessaire, les armoires peuvent aussi être équipées d’un cadre de plus grande épaisseur, soudé sur le panneau frontal, exactement comme pour les coffres-forts. C’est le cas, encore une fois, de l’armoire blindée Viro qui a un cadre de 8 mm d’épaisseur.

    Les flèches indiquent les butées anti-défoncement présentes sur le cadre d'une armoire Viro.

    Les flèches indiquent les butées anti-défoncement présentes sur le cadre d’une armoire Viro.

  • Bouton d’ouverture. Si l’armoire est électronique et est équipée d’un bouton d’ouverture, il est important que celui-ci ait un point de rupture programmée. Ainsi, si on tente de forcer l’ouverture en forçant le bouton, celui-ci se casse sans rompre le mécanisme intérieur et sans laisser d’espace pour d’éventuels outils d’effraction.

    Le bouton d'une armoire de sécurité Viro.

    Le bouton d’une armoire de sécurité Viro.

Le mécanisme d’ouverture

Quel que soit le type de serrure, mécanique ou électronique, pour garantir la résistance aux attaques éventuelles, il est important que le mécanisme intérieur soit entièrement réalisé en acier, sans parties en plastique.

Compte tenu des grandes dimensions de la porte, il est important qu’il y ait des pênes dormants sur les 3 côtés sans charnières.

Les cercles indiquent les pênes dormants présents sur les 3 côtés des armoires de sécurité Viro.

Les cercles indiquent les pênes dormants présents sur les 3 côtés des armoires de sécurité Viro.

Dans le cas d’une serrure électronique, il est également important que l’armoire soit équipée de quelques éléments supplémentaires, en particulier :

  • En présence d’un afficheur, l’arrière de celui-ci doit être protégé par une plaque en acier, afin d’éviter qu’en l’arrachant on puisse accéder aux mécanismes intérieurs avec des outils d’effraction.
  • L’électro-aimant qui commande le mouvement des pênes dormants doit être protégé par une plaque d’acier, afin d’éviter qu’on puisse l’activer abusivement en perçant simplement la porte.

Pour que les malvoyants puissent également l’utiliser, le clavier des serrures électroniques doit aussi porter des références en braille et être doté d’un système de confirmation acoustique des commandes.

Conclusions

Dans ce billet, nous avons vu les caractéristiques de construction qui garantissent la résistance d’une armoire de sécurité aux éventuelles attaques. Dans le prochain billet, nous verrons les différents agencements intérieurs des différents types d’armoires de sécurité (porte-fusils, porte-documents et modulaires).

Regardez l’assortiment des armoires de sécurité Viro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ six = 10