Comment reconnaître un cylindre européen de haute sécurité ? – Partie III

Poursuivons notre voyage à la découverte des caractéristiques des cylindres à profil européen qui, malgré la forme extérieure semblable de leur corps, sont très différents les uns des autres, surtout en termes de fiabilité et de résistance aux attaques.

Dans les deux premiers articles, nous avons vu les caractéristiques qui permettent aux cylindres européens de résister aux attaques par force brute, les plus fréquentes. Voyons maintenant comment un cylindre à profil européen doit être réalisé pour résister aux ouvertures avec adresse, moins courantes mais plus insidieuses.

Les caractéristiques qui empêchent les ouvertures avec adresse – Première partie : le crochetage

Les ouvertures avec adresse, même si moins fréquentes dans l’absolu que les ouvertures par force brute, sont plus sournoises car elles ont lieu de façon assez silencieuse et ne laissent souvent pas de traces.

La grande majorité des cylindres à profil européen disponibles dans le commerce utilisent le système à goupilles. Dans cette série d’articles, nous verrons donc les méthodes utilisées pour ouvrir avec adresse un cylindre à goupilles. Les principales méthodes sont essentiellement au nombre de deux :

Il existe aussi des cylindres ayant un fonctionnement différent, dans lesquels la clé active par exemple des disques, des lamelles et/ou des aimants, que nous verrons dans un prochain billet.

Dans le prochain article de cette série, nous approfondirons les caractéristiques que doit avoir un cylindre pour résister au key bumping. Voyons maintenant, dans le présent article, les solutions qui permettent à un cylindre à goupilles de résister au crochetage :

  • Augmenter le nombre des goupilles et en faire varier la forme et la disposition
  • Augmenter le nombre de hauteurs possibles des goupilles
  • Utiliser des contre-goupilles à profil anti-crochetage

Nombre et disposition des goupilles

Pour ouvrir un cylindre avec tendeur (ou tenseur) et crochet, il faut déplacer les goupilles l’une après l’autre avec le crochet, afin d’obtenir la position d’ouverture, tout en maintenant le barillet en légère torsion avec le tendeur.

Plus le nombre de goupilles est élevé, plus il est difficile d'aligner correctement toutes les goupilles avec le crochet.

Plus le nombre de goupilles est élevé, plus il est difficile d’aligner correctement toutes les goupilles avec le crochet.

Il va sans dire que plus leur nombre est élevé et plus leur disposition est complexe (sur différents axes), plus cette opération est difficile.

Nombre de hauteurs par goupille

Le nombre de hauteurs possibles que chaque goupille peut techniquement avoir, élevé au nombre de goupilles, détermine le nombre de chiffrages théoriques possibles pour le cylindre concerné, et donc le nombre de clés différentes pouvant être obtenues. Ceci, en plus d’être un facteur de sécurité supplémentaire, car plus le nombre de combinaisons possibles est élevé et plus la probabilité qu’il y ait une clé pouvant ouvrir plus d’un cylindre est faible, rend encore plus difficile l’usage du crochet car :

  • Plus le nombre des hauteurs utilisées par chaque goupille est élevé, plus la différence entre deux hauteurs est faible et plus la sensibilité et l’habileté à trouver la bonne hauteur avec le crochet doivent être élevées.
  • L’alternance de nombreuses hauteurs de goupilles, toutes différentes, rend plus difficile l’usage du crochet.
    grouppilles-barillet

Contre-goupilles anti-crochetage

Pour aligner les goupilles dans la bonne position, il faut les palper et les déplacer avec le crochet pour trouver la position d’ouverture. Dans les cylindres de haute sécurité, comme dans beaucoup d’autres types d’articles Viro, la forme des contre-goupilles est étudiée afin de rendre cette opération plus difficile. On utilise ainsi des contre-goupilles « en double T », « en bobine » ou « à tête champignon ». Sous l’action du crochet, leurs extrémités, de plus grand diamètre que le reste de leur structure, ont tendance à se coincer entre le corps et le barillet du cylindre, ce qui rend leur mouvement difficile. Cette vidéo en illustre parfaitement le fonctionnement :

La rangée du haut montre les goupilles ; la rangée centrale, les contre-goupilles traditionnelles à profil cylindrique ; et la rangée du bas, diverses contre-goupilles à profils anti-crochetage.

La rangée du haut montre les goupilles ; la rangée centrale, les contre-goupilles traditionnelles à profil cylindrique ; et la rangée du bas, diverses contre-goupilles à profils anti-crochetage.

Conclusions

Une fois de plus, malgré leur similitude apparente, les cylindres à profil européen peuvent être très différents les uns des autres. Lors du choix d’un produit, il est donc important de connaître les exigences qu’il devra satisfaire et dont les caractéristiques qu’il devra avoir. Les cylindres de haute sécurité, qui résistent aux manipulations avec adresse ainsi qu’aux attaques par force brute, sont généralement utilisés sur les portes d’entrée. En revanche, sur les portes intérieures ou sur les accès qui peuvent être contournés par d’autres moyens (par exemple, les portillons pour piétons de jardin), des modèles plus simples, meilleur marché et robustes sont préférables.

Regardez les caractéristiques du cylindre de haute sécurité Viro Palladium

Regardez la vidéo de présentation du cylindre de haute sécurité Viro Palladium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 − deux =