MEFIEZ-VOUS DES IMITATIONS – CHAPITRE IV – COMPARAISON DES TESTS ENTRE UN CADENAS SUPERMORSO VIRO ORIGINAL ET UNE COPIE.

Nous continuons donc notre analyse, comme nous l’avions dit dans les billets précédents, en comparant le produit Supermorso Viro Made in Italy et sa copie de provenance asiatique.

Dans ce cas également, les résultats de la comparaison confirment les prévisions.

Voyons ensemble les résultats des tests.

Le premier test a concerné la résistance à la corrosion provoquée par l’essai au brouillard salin.

nebbia salina inizio morso collage

Produits originaux Viro et imitations dans la machine à brouillard salin avant le test.

Produits originaux Viroc et imitations  dans la machine à brouillard salin après le test.

Produits originaux Viroc et imitations  dans la machine à brouillard salin après le test.

Concentrons-nous sur le Supermorso et sa copie.

Comme on peut le voir dans la photo ci-dessous, bien qu’ayant délibérément laissé ouvert le bouchon protège-serrure intégré dans le cache en nylon, le Supermorso n’a subi aucun type de corrosion sur le cadenas.

Le Supermorso après le test en brouillard salin.

Le Supermorso après le test en brouillard salin.

En revanche, dans la copie, la partie visible de la serrure est très oxydée, signal indiquant clairement que le mécanisme intérieur a lui aussi été altéré.

Produit d'imitation après le test dans la machine au brouillard salin.

Produit d’imitation après le test dans la machine au brouillard salin.

Tant et si bien qu’après le test en brouillard salin, comme on peut le voir dans cette courte vidéo, alors que le produit original Viro fonctionne encore parfaitement, la copie est bloquée : la clé est difficile à insérer et ne tourne pas même en s’aidant d’une pince. Le deuxième test auquel ont été soumis notre produit et son imitation est la tentative de sciage de la chaîne.  En utilisant la machine présente dans notre laboratoire et décrite dans les billets précédents, nous avons essayé de scier un maillon de la chaîne « Made in Italy » puis un maillon de la chaîne du produit d’imitation.

Comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, la chaîne du produit Viro, étant trempée et cémentée, résiste au sciage avec la scie sans être entaillée.

Par contre, la chaîne du produit d’imitation s’avère être fabriquée en simple fer, sans traitement thermique, et peut donc être sciée très facilement avec la scie.

Comparons les 2 chaînes après le test de sciage.

Rappelons que les chaînes réalisées en simple fer non traité thermiquement ne garantissent aucune protection réelle.

En revanche, la trempe et la cémentation de l’acier contribuent à rendre la chaîne plus résistante au sciage, créant ainsi un produit adapté pour être utilisé avec des cadenas pour deux-roues.

Le troisième test effectué concerne la résistance des cadenas proprement dits, c’est-à-dire du Supermorso Viro et du produit d’imitation.
Toujours au sein de notre laboratoire d’essais, nous avons placé les produits dans un appareil qui reproduit des coups portés d’une hauteur de 1 m, de haut en bas, avec un poids de 3,05 kg, comme s’il s’agissait d’une attaque avec marteau pour tenter de briser le point de jonction entre l’axe de verrouillage du cadenas et la chaîne.

Nous voyons que le Supermorso Viro, soumis à 5 coups, reste tout à fait intact sans même perdre la tête de l’axe de verrouillage (axe qui est d’ailleurs à rupture programmée, de sorte que lorsqu’on essaie de l’arracher du corps du cadenas, il se casse en un point prédéfini spécifique, laissant ainsi le cadenas fermé et la partie restante de l’axe à l’intérieur du corps, qui ne peut donc plus être saisie).

Seul le cache de protection en nylon montre qu'il a subi des coups, mais son endommagement n'influe pas sur l'ouverture normale du cadenas.

Seul le cache de protection en nylon montre qu’il a subi des coups, mais son endommagement n’influe pas sur l’ouverture normale du cadenas.

Par contre, dans le produit d’imitation, on peut voir qu’après seulement 2 coups, le cache se divise en deux et qu’après les 5 coups, l’axe de verrouillage s’est plié vers l’extérieur, permettant ainsi la sortie de la chaîne, le « blindage » est ouvert et le corps déformé.

Cette déformation est due aux matériaux bon marché (comme l’alliage zamak), qui ne conviennent pas pour être utilisés dans les composants de produits de sécurité potentiellement sujets à ce type d’attaques, ainsi qu’à l’absence de traitements thermiques qui confèrent résistance aux matériaux.PARTICOLARI COPIA

 

À la fin de ce test, le résultat est vraiment pitoyable pour l’imitation, en comparaison avec le produit original Viro.

PHOTOS de comparaison après le test de résistance aux coups sur le Supermorso

PHOTOS de comparaison après le test de résistance aux coups sur le Supermorso

Pour conclure notre analyse, disons que : la comparaison effectuée sur la base des caractéristiques techniques respectives, le contrôle des matériaux et les tests de résistance effectués confirment clairement que les imitations du Supermorso Viro ne peuvent pas être comparées à l’original.
Ce ne sont que des copies, sans aucune efficacité réelle, produites pour confondre et induire en erreur, à travers un aspect extérieur similaire, l’utilisateur qui recherche une protection appropriée pour son deux-roues.

Un cadenas ne vaut pas l’autre ; Viro vaut plus !

Demandez seulement les originaux.

Regardez la fiche technique du cadenas avec chaîne Supermorso.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf + 5 =