La vidéosurveillance : contrôle ou sécurité ?

Installer un système de vidéosurveillance, sur les accès d’une habitation ou à l’intérieur d’un magasin, peut sembler une solution de sécurité innovante et décisive.
Cependant, si on approfondit la question, il y a de nombreux aspects qui ne sont souvent pas pris en compte avant d’investir dans un système de ce type, qui peut aussi être assez coûteux.

Les caméras vidéo sont désormais présentes dans de nombreux lieux publics, sur les moyens de transport, aux feux de circulation, dans presque tous les supermarchés, etc. Elles sont devenues « les yeux de la société », une forme de contrôle qui a connu une croissance exponentielle durant ces dix dernières années.
Un double effet découle de leur présence : d’une part, elles constituent une forme de garantie pour les citoyens, qui se sentent plus contrôlés et protégés, d’autre part, on va à l’encontre d’un problème lié à la confidentialité :

« À la base il y a la liberté des citoyens, qui doivent pouvoir circuler dans les lieux publics sans devoir subir d’ingérences excessives dans leur vie privée. Mais il faut également équilibrer ces exigences avec les exigences de sécurité des citoyens. Par conséquent, l’Autorité responsable de la protection de la vie privée a établi que l’activité de vidéosurveillance est autorisée si les principes suivants sont respectés : licéité, nécessité, proportionnalité, finalité. »

CCTV Camera Operating inside with a crowd.

Même l’installation de caméras dans le domaine privé est de plus en plus fréquente, pour contrecarrer les intrusions indésirables et les vols, problème bien réel et très ressenti.
Le rôle qu’une caméra de sécurité, certifiée par un panneau obligatoire, peut avoir dans la protection d’un local est double : la tâche principale est de filmer un individu malintentionné alors qu’il commet un crime pour pouvoir ensuite le reconnaître, mais, en même temps, cela peut aussi servir de moyen de dissuasion pour un voleur ayant l’intention de voler. De fait, la vidéosurveillance sert « d’abord » à décourager les individus malintentionnés et « ensuite » à reconnaître les criminels, mais, en soi, n’empêche pas ni ne contrecarre les vols.

Le terme « Caméra vidéo de sécurité » est un terme assez générique. En effet, malgré sa fonction de contrôle qui est effectivement un plus (à condition qu’elle ne soit pas contournée), elle ne peut cependant pas être considérée comme un système de sécurité équivalant à une bonne fermeture mécanique et/ou à une alarme électronique.

Il serait plus approprié de considérer la vidéosurveillance (installée dans les règles de l’art, sans se fier exclusivement au « faire soi-même ») comme un allié précieux des serrures de sécurité et des antivols dans la protection de son habitation ou de son activité, pour « prévenir ou traiter ».
Il faut toutefois considérer qu’installer une caméra quelconque ne suffit pas. La règle que nous répétons toujours dans nos articles, relativement aux systèmes de fermeture, est la même : l’un ne vaut pas l’autre !
Le choix du modèle adapté aux exigences spécifiques de chacun est un sujet délicat que nous traiterons dans un prochain billet, où nous verrons aussi comment positionner au mieux tout le système de vidéosurveillance. En règle générale, il est toujours bon de demander l’intervention d’experts en la matière et d’éviter d’acheter des produits à bas prix, qui pourraient s’avérer inutiles (par exemple, en produisant des images granuleuses, qui ne permettent pas de reconnaître les criminels, en raison d’une optique de mauvaise qualité).

Pour conclure, disons que se fier à la seule fonction de contrôle ou de dissuasion des caméras pourrait se révéler insuffisant et risqué car, comme nous l’avons vu, elle ne peut pas remplacer une protection mécanique et électronique, dont la présence est un prérequis minimum et nécessaire pour protéger les lieux potentiellement à risque de vols.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 + = neuf