Comment reconnaître un bon coffre-fort au premier coup d’œil

Dans le post précédent, nous avons vu quelles serrures existent pour les coffres-forts: mécanique, électronique et biométrique. Mais imaginons maintenant que nous sommes dans une quincaillerie et que nous avons devant nous différents modèles de coffres-forts: certains chers, d’autres plus économiques, de différentes marques, plus au moins connues, simples ou plus complexes. Comment faire pour distinguer les modèles à éventuellement retenir des modèles à écarter parce que peu sûrs ? Certains éléments, comme la qualité des matériaux, ne sont pas facilement vérifiables à l’œil nu, mais plusieurs indices peuvent nous aider à savoir si le coffre-fort que nous avons devant nous a été ou non correctement conçu et réalisé. Voyons-en quelques-uns.

La porte

C’est la partie la plus importante du coffre-fort parce qu’elle renferme le mécanisme d’ouverture et parce que c’est elle qui permet d’accéder à l’intérieur. C’est généralement le point le plus accessible et potentiellement le plus vulnérable, raison pour laquelle c’est l’élément qui doit en premier lieu retenir notre attention. Comment doit-elle être construite pour résister à une tentative de cambriolage?

  • Corps unique. Le cadre ou « façade » du coffre-fort, à savoir la partie extérieure qui entoure la porte, doit être joint très solidement à la caisse, par des soudures robustes et uniformes. Le cadre et la caisse doivent constituer un corps unique, pour éviter que les cambrioleurs ne puissent détacher le cadre et la porte du reste de la caisse en sciant d’éventuels points de soudure isolés.
  • À ras. L’espace entre la porte et le cadre doit être le plus réduit possible, afin d’empêcher l’introduction de leviers.
  • Contre-dépouille. Le côté le plus vulnérable de la porte est celui qui présente les charnières, autour desquelles la porte tourne en ouverture. Ici, il est essentiel que la porte ait une partie « en contre-dépouille », à savoir qu’en fermeture, une partie de la porte vienne s’insérer derrière le cadre afin de fournir une résistance aux tentatives de dégondage avec pied-de-biche.
    charnieres-renforcees
  • Charnières. Pour résister au dégondage et au défoncement, il est également essentiel que les charnières soient réalisées avec des matériaux de très bonne qualité et qu’elles soient fixées à la caisse et à la porte par de solides soudures. Pour offrir une plus grande surface de soudure, il est bon que la forme extérieure des charnières ne soit pas ronde, mais présente des côtés droits (par ex. parallélépipède, hexagone) qui peuvent adhérer à la porte non pas à hauteur d’un unique point (comme c’est le cas des charnières cylindriques) mais sur toute une surface, entièrement utilisable pour la soudure.
  • Butées anti-défoncement. Pour garantir la plus haute résistance au défoncement, la porte, outre qu’elle doit être robuste, doit reposer sur des butées anti-défoncement présentes à l’intérieur du coffre-fort, entre le cadre et la caisse. Conjointement aux charnières, ce sont elles qui absorbent principalement les coups. Les butées doivent être présentes sur tous les côtés à l’exception du côté des charnières qui, comme on l’a vu plus haut, doit de préférence être en contre-dépouille. Elles doivent être de grandes dimensions et épaisses, non obtenues par simple pliage de la tôle du corps, et doivent être unies à la caisse par une solide soudure continue.
    butees-anti-defoncement
  • Porte remplaçable. Cette caractéristique n’influe pas sur la résistance, mais peut représenter une solution très pratique. Elle permet en effet de réparer le coffre-fort en cas de panne ou suite à une tentative de cambriolage à l’occasion de laquelle elle aurait été endommagée, sans devoir remplacer la caisse préexistante, ce qui obligerait à démurer le coffre-fort (dans les versions « à encastrer ») ou à retirer les chevilles (sur les versions « extractible », « d’extérieur » ou « à poser »).

    Une porte remplaçable Viro.

Le poids

Contrairement à ce que l’on serait tenté de croire, le poids n’est pas nécessairement un indice de qualité. Les cambrioleurs tentent naturellement d’attaquer les points les plus vulnérables d’un coffre-fort. Par conséquent, si les parois sont épaisses, mais que les butées de la porte, les charnières ou la serrure sont faibles, les cambrioleurs se concentreront sur ces points.

La valeur

La qualité des matériaux et des usinages requis explique pourquoi, actuellement, les coffres-forts proposés au public à un prix de quelques dizaines d’euros, au lieu d’une centaine, ne peuvent pas offrir un niveau de sécurité acceptable, mais ont plutôt tendance à ressembler à de simples coffrets porte-valeurs.
Acheter des produits pour quelques dizaines d’euros ne signifie pas économiser mais, bien au contraire, mettre ses biens en danger.

Les caractéristiques ci-dessus ne sont que quelques-unes des caractéristiques qu’un coffre-fort doit avoir, indépendamment de ses dimensions ou de son type. Mais le choix du coffre-fort à acheter dépend aussi de plusieurs autres facteurs: l’emplacement prévu (à encastrer ou à poser), les dimensions, le type de serrure, etc. Nous approfondirons ces questions dans les prochains posts: continuez à nous suivre.
Consultez le catalogue des coffres-forts Viro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq + = 8