Cadenas et chaînes : quel est le maillon faible ?

Si vous nous suivez depuis un certain temps, vous aurez remarqué que l’un des sujets qui nous tient le plus à cœur est celui de la qualité, entendue comme résistance réelle des produits aux attaques malveillantes et comme fiabilité dans le temps. Le conseil est toujours le même : investir sur la sécurité et ne pas y renoncer sous prétexte d’économiser un peu d’argent. De fait, la valeur des biens exposés au risque est toujours beaucoup plus élevée que l’argent que l’on croit économiser !
À propos de la qualité, nous avons effectué quelques tests dans notre laboratoire pour évaluer la résistance des produits Viro par rapport à d’autres produits disponibles sur le marché.

Nous vous proposons aujourd’hui la vidéo de l’une des expériences effectuées.
Le cadenas avec chaîne Viro Morso pour vélos est comparé avec une de ses imitations d’origine orientale, apparemment similaire et bien entendu à meilleur marché.

morso-vs-copia

Le test que vous allez voir, dans la première vidéo ci-dessous, montre comment se comporte le produit d’importation orientale, après un test en brouillard salin, quand il est placé à l’intérieur d’un appareil qui reproduit des coups portés d’une hauteur d’un mètre, de haut en bas, avec un poids de 3,05 kg. Le but est de simuler une attaque portée par un individu malintentionné qui tente de voler un vélo en se servant d’un marteau pour briser le point de jonction entre l’axe de verrouillage du cadenas et la chaîne.

Dans cette deuxième vidéo, en revanche, le cadenas avec chaîne Viro Morso, cadenas original fabriqué en Italie, après le même test en brouillard salin, subit le même traitement, mais les résultats sont très différents.

Dans le premier cas, en effet, le produit d’imitation (dont le corps est en alliage zamak et dont le « blindage » n’est pas en acier cémenté et trempé) se casse après seulement 3 coups, laissant sortir l’axe de verrouillage qui libère la chaîne. Dans le deuxième cas, l’original Viro (dont le corps est en laiton massif, protégé par un blindage en acier cémenté et trempé), soumis à 5 coups, perd seulement la tête de l’axe de verrouillage (précisément au niveau du point prévu de rupture programmée, de sorte que le cadenas reste fermé et la partie restante de l’axe de verrouillage ne peut pas être saisie pour être arrachée) mais le cadenas ne s’ouvre pas et la chaîne reste ancrée à l’axe de verrouillage.

Comparaison après le test de résistance aux coups sur le Morso Viro et sur uneimitation.

Comparaison après le test de résistance aux coups sur le Morso Viro et sur uneimitation.

Conclusiones

Depuis toujours, les produits à succès sont destinés à voir « éclore » des imitations, souvent très semblables à l’original, mais seulement en apparence…
Dans un billet précédent, le Viro Morso et une de ses copies avaient été comparés afin d’en identifier les différences visibles à l’œil nu. Nous en étions arrivés à la conclusion que, grâce à des matériaux résistants et à des choix consciencieux de fabrication, ainsi qu’à des traitements chimiques et thermiques ad hoc, le produit Viro Made in Italy offrait une plus grande sécurité et durabilité.
Après avoir filmé le résultat de ces tests, nous pouvons confirmer, comme un regard attentif nous le suggérait déjà, que le Viro Morso est plus résistant.
Si vous voulez protéger votre vélo (ou n’importe quel autre de vos biens), ne vous souciez pas seulement que l’article que vous achetez soit bon marché, mais assurez-vous surtout qu’il soit bien fait, en se fiant aux produits italiens (« made in Italy ») et aux marques qui sont depuis toujours synonymes de qualité.

« La force d’une chaîne dépend de son maillon le plus faible. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 + quatre =