Cadenas et chaînes : Le « Blocca Catena » original comparé à des imitations (III)

Pour conclure cette courte série de billets, dont les protagonistes sont un Blocca Catena original Viro et une imitation orientale, parlons aujourd’hui de la troisième expérience menée sur les deux cadenas pour en tester la résistance.
Le dernier billet, dans lequel nous avons décrit le test de cisaillage de la chaîne, a montré que le Blocca Catena original avait passé l’essai avec succès, en résistant à la tentative de sciage avec une scie à métaux, alors que sa copie s’est laissée couper très facilement. Les cadenas respectifs se seraient-ils comportés de la même façon ? Voyons ensemble comment les deux produits ont réagi suite au test des coups de massue.

Le test des coups de massue

Toujours au sein de notre laboratoire d’essais, on a placé les produits, en utilisant le même type de maillon de chaîne, dans un appareil qui reproduit des coups portés d’une hauteur de 1 m, de haut en bas, avec un poids de 3,05 kg, comme s’il s’agissait d’une attaque menée avec une robuste masse pour tenter de briser le point de jonction entre l’axe de verrouillage du cadenas et la chaîne.

Notons que le Blocca Catena, soumis à 5 coups, reste tout à fait intact et fonctionne encore parfaitement, montrant seulement une légère bosselure. La tête de l’axe de verrouillage, conçue par ailleurs pour la rupture programmée, reste attachée. Que signifie « rupture programmée » ? Si l’on essayait d’arracher l’axe de verrouillage du corps du cadenas, il se casserait en un point prédéfini spécifique, laissant ainsi le cadenas fermé et la partie restante de l’axe à l’intérieur du corps, et ne pouvant donc plus être saisie.

Nous voyons par contre que dans le produit d’imitation, après les 5 coups, l’axe de verrouillage a été éjecté vers l’extérieur, permettant ainsi au maillon de la chaîne de sortir. Ceci est dû au fait que le corps du cadenas, réalisé en alliage zamak, s’est brisé.

Blocca Catena Viro                                          Copie

L’image montre clairement les résultats obtenus. Le produit original Viro a résisté aux coups de massue, tandis que son imitation s’est essentiellement brisée, s’avérant totalement inutilisable.

En conclusion, sur la base des résultats de tous les tests, nous pouvons dire avec certitude que le produit original Viro Made in Italy surpasse les imitations sous tous les aspects de sécurité : résistance à la corrosion, robustesse de la chaîne et protection offerte par le cadenas.
Les imitations font croire à l’utilisateur non averti qu’il économise de l’argent mais, en réalité, l’exposent au risque sérieux de perdre la totalité des biens à protéger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq + = 14