Comment réaliser une alarme électronique efficace ? – Partie II

Comme nous l’avons vu dans le premier billet de cette série consacrée aux systèmes d’alarme électroniques, un choix minutieux et conscient de tous les composants du système est essentiel pour qu’il soit efficace.

Après avoir présenté les caractéristiques à toujours considérer lors du choix d’une sirène, parlons maintenant d’un autre élément essentiel : les capteurs.

La tâche des capteurs est de détecter des mouvements étrangers à l’intérieur de l’espace où ils ont été placés, de manière à déclencher la sirène d’alarme en cas d’intrusion avérée.

Les capteurs

Les capteurs placés sur les accès extérieurs aux locaux (par ex. liés à l’ouverture de portes et de fenêtres) sont généralement appelés « périmétriques ». Il s’agit habituellement de capteurs magnétiques, dont la séparation, en cas d’ouverture, déclenche l’alarme.

Capteur magnétique périmétrique appliqué à une fenêtre.

Capteur magnétique périmétrique appliqué à une fenêtre.

En revanche, les capteurs destinés à contrôler les environnements intérieurs sont dits « volumétriques ». Il en existe actuellement 3 types sur le marché :

  • à infrarouges
  • radar
  • à double technologie, c’est-à-dire qui utilisent aussi bien les infrarouges que le radar.

Un bon système d’alarme devrait utiliser simultanément des capteurs avec des technologies différentes, ceux-ci étant soigneusement choisis au cas par cas en fonction de la tâche à accomplir.

Par exemple, les capteurs à technologie radar fonctionnent même s’ils sont couverts. Ils peuvent donc être facilement cachés à la vue des voleurs lors de l’installation. Leur fonction est de détecter les mouvements mais, étant donné qu’ils peuvent « voir » à travers les matériaux, le risque est qu’ils puissent générer de fausses alarmes, en détectant des mouvements même à l’extérieur de l’environnement protégé. Autre cause possible de fausses alarmes : le mouvement d’insectes et d’animaux domestiques qui passent devant le capteur. Pour éviter ces problèmes, il est très important de veiller au point d’installation et à l’orientation.

Photo Flickr/Jim

Photo Flickr/Jim

Les capteurs à technologie infrarouge doivent par contre être à vue pour fonctionner correctement. Ils agissent en percevant une variation rapide et localisée de température par rapport à la température ambiante, selon le principe que la température corporelle d’un intrus éventuel est différente de la température ambiante.

Toutefois, ils peuvent être déjoués en se couvrant avec un écran qui empêche la diffusion de la chaleur corporelle. Dans certains cas, un grand parapluie derrière lequel s’abriter pourrait même suffire.

Les capteurs de mauvaise qualité ont également du mal à bien détecter les petites différences de température. Cela peut être problématique, surtout en été, quand les températures, à certaines heures de la journée, en particulier dans un espace clos et exposé au soleil, peuvent s’approcher des 36° du corps humain. Dans une telle situation, un capteur de mauvaise qualité pourrait ne pas percevoir la différence entre la température ambiante et celle de l’intrus. Un bon capteur doit par contre être capable de détecter des variations de température de l’ordre de 1° ou 2°.

Même en hiver, les capteurs à infrarouges peuvent générer de fausses alarmes : par exemple, en détectant comme anormale la différence de température entre le milieu chauffé et un courant d’air froid venant de l’extérieur.

Les capteurs à double technologie sont intéressants car ils utilisent à la fois le radar et les infrarouges et, en combinant opportunément les avantages des deux systèmes, peuvent être en mesure de réduire considérablement les possibilités de fausses alarmes.

Les capteurs à double technologie sont de deux types : ceux qui se déclenchent uniquement si les deux systèmes (radar et infrarouges) se mettent simultanément en état d’alarme (fonctionnement AND), ce qui limite beaucoup les fausses alarmes ; et ceux qui peuvent se déclencher si seulement un des deux systèmes se met en état d’alarme (fonctionnement OR).

Ces capteurs, bien qu’étant visuellement identiques, peuvent être activés dans des environnements différents même seulement comme infrarouge ou seulement comme radar.

Photo Flickr/DeBoltInteractive

Photo Flickr/DeBoltInteractive

Au vu de ce qui précède, il est clair, dans le cas également du choix des capteurs, qu’il n’y a pas une seule solution toujours valide, quel que soit le lieu d’installation. De fait, il ressort clairement que seule une étude préliminaire approfondie des locaux et des accès qui se trouvent là où on veut installer l’alarme, peut permettre de choisir les produits les plus appropriés et de les appliquer au mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 × neuf =